top of page
Rechercher
  • Florence-Marie

Les cadeaux de la vie...

Dernière mise à jour : 9 oct. 2023


La vie n'est pas une bataille qu'on peut gagner ou perdre. La vie est une aventure!

Alors, aventurez-vous!

Il n'y a pas à gagner ou perdre, il y a à expérimenter.

Faire l'expérience de ce qui est là, de ce que la vie nous présente. Elle nous offre le présent, c'est son cadeau.

Ok, il y a parfois des cadeaux qu'on n'a pas envie de recevoir. Il y a des cadeaux merdiques, des cadeaux qu'on a envie de mettre direct à la poubelle, ou de renvoyer tout aussi sec à leur expéditeur. IL y a des cadeaux qui blessent.

En apparence, tout au moins. Parce que parfois, ce cadeau peut amener de belles choses. Ce cadeau, il parle. Et il ne parle pas de celui ou celle qui le reçoit, il parle de celui qui l'offre.

Souvent, quand on offre quelque chose, on offre quelque chose qu'on aimerait recevoir. Et on oublie ça quand on le reçoit, n'est-ce pas?

La plupart des cadeaux ne parlent que de celui qui l'offre, pas de celui qui le reçoit. Il peut en parler au présent, ou aussi au passé (quels cadeaux lui a-t-on fait? Quels cadeaux a-t-elle l'habitude de recevoir? ) ou ils peuvent parler d'elle au futur: quels sont ses élans, ses aspirations? Ses peurs, parfois?

Le cadeau peut aussi parler de la relation entre celui qui offre et celui qui reçoit: est-ce que ce cadeau peut être un pont entre les deux? Comme un premier pas, et on sait que les premiers pas sont souvent maladroits...

Et ils y a des cadeaux malveillants, ça existe. Parfois, consciemment ou inconsciemment, une personne peut avoir l'intention de nuire. De blesser l'autre. Dans ce cas, souvent, c'est une manière de dire: "Vois comme j'ia mal! Vois comme je souffre!"

En Communication Non Violente, telle que Isabelle Padovani en parle, prendre la mesure de la souffrance de l'autre est fondamental. Et une collègue m'a donné une jolie formule sur le sujet cette semaine: quand la personne en face de nous parle, est-ce qu'elle dit "s'il te plait" ou est-ce qu'elle dit "merci"? Si elle ne dit pas merci, il y a des grandes chances qu'elle dise "s'il te plait". D'une manière un peu ou beaucoup ou complètement maladroite, on est d'accord. Avec un gros problème d'articulation, on est encore d'accord.

Le premier truc à faire quand il y a un blessé, c'est de s'en occuper. Si le blessé c'est nous, on s'occupe d'abord de nous: un pompier mort ne sauve plus personne!!

C'est que ensuite, qu'on peut aller écouter ce qui se passe chez l'autre...

Et les cadeaux, on les reçoit, d'accord, et on les offre aussi!! Et quand on les offre, on aimerait tellement combler l'autre! Répondre à ses plus belles en-vies, deviner ses plus grands désirs qu'il ne connait pas encore lui-même!

Ben ça, on n'y arrivera pas.

Jamais. Au mieux, à certaines moments, on peut avoir l'illusion de d'y arriver. Mais un cadeau ne dira jamais complètement l'amour, la compréhension, l'écoute. Le cadeau, c'est un symbole. On s'en sert pour symboliser la réalité. Pour la dire d'une autre manière, quand c'est pas forcément très facile à dire, ou quand c'est pas très clair en soi. Mais un cadeau-symbole ne remplacera jamais nos autres langages: le langage du corps et le langage parlé.

Alors, si vous pouvez, dites à ceux que vous aimez que vous les aimez.

Dites-le avec votre corps: avec votre regard, avec vos gestes, avec votre douceur, avec la manière de parler (même si c'est pour dire "passe-moi le sel!"), avec des câlins et des caresses si c'est adéquat, en les prenant dans vos bras, ou sans parler, en les écoutant... Offrir son écoute et son attention, c'est peut-être un des cadeaux les plus rares à notre époque.

Et dites-le avec des mots: tant pis si c'est pas les bons, si ça sort pas comme dans les films, comme vous auriez voulu, tant pis si ça débouche pas sur la réaction de vos rêves, ou sur la relation rêvée, tant pis, et tant pis pour les attentes! Dites-le! Et si ça sort en vrac, si vous bafouillez, si vous cafouillez, et bien tant mieux!

Avant de créer une autoroute, il ya besoin de tracer un chemin. Alors allez-y à coups de machette, à la pagaie, à tout ce qui vous tombe sous la main ou sur la langue, mais dites-le!

Dites à l'autre, aux autres, tout ce que vous appréciez chez lui!

Tout ce qui fait que la vie est plus belle parce qu'il existe!

En quoi il embellit le monde, en quoi il l'enrichit, en quoi il vous inspire, en quoi son comportement nourrit vos valeurs, avec, vous vous rappelez bien, ce qu'il a fait, ou ce qu'il a dit ce jour-là, il y a déjà quelques mois, et ça vous est resté, comme un phare qui montre le chemin...

Dites-lui!!

Parfois on peut pas dire avec des mots, pour plein de raisons. Alors dites le avec le regard. Avec tout votre coeur. Rien ne sera entendu, et rien ne sera perdu. A un niveau ou à un autre...

Toutefois, s'entendre dire avec des mots que ce qu'on a fait, ce qu'on a dit, ce qu'on a été un jour, a touché quelqu'un en profondeur, tellement que d'ailleurs il nous le dit, ça fait rayonner, ça fait exister en amplifié, ça met devant le nez la version la plus belle de soi!!

Et vous savez la meilleure? Ca donne sacrément envie de le refaire.

Avec la même personne, avec les autres, avec le monde.

Ca fait une résonance tout autour qui change le monde, qui illumine tout autour!

Ca fait un gros coup de projecteur sur la lumière de cette personne, alors: allez-y!! Illuminez-la!! Aidez-la à rayonner, rendez sa lumière visible!

Nous les êtres humains, on est comme les plantes: on a besoin de lumière pour pousser!!

Avec tous ceux que vous aimez!

Et aussi avec les autres, si vous pouvez. C'est plus difficile. On reviendra un autre jour sur le sujet...

En attendant, c'est la fêtes des lumières ce mois-ci, alors mettez les pleins phares!

Je vous souhaite plein de lumière!

Florence-Marie


Et dans un autre style que j'aime beaucoup:

Posts récents

Voir tout

Un conte soufi pour traverser les moments difficiles

J’ai cherché ce conte pendant 10 ans, après l’avoir lu-vu-entendu je ne sais où… J'ai relu plein de livres, pour retrouver sa trace, sans succès. J'en ai parlé à plein de monde, personne ne le connais

Florence-Marie Jégoux
Soutien et reliance face aux crises

bottom of page