top of page

Equilibrer le féminin et le masculin ?

 

Entre les problématiques de genre, les revendications légitimes, les préjugés, les caricatures, les croyances restrictives, et les bagarres entre l'inné et l'acquis, il est compliqué de s'y retrouver...

 

En fait, chaque homme a aussi en lui une part féminine, et chaque femme a en elle une part masculine. Carl Jung avait décrit cette composante de notre psyché sous les termes d'anima pour la part féminine de l'homme, et animus pour la part masculine de la femme.

 

De par notre préhistoire, et l'histoire de l'humanité depuis quelques milliers d'années, certaines caractéristiques ont été attribuées aux femmes, d'autres aux hommes:

- Les femmes, de par leur capacité à donner la vie à une époque où la survie de l'espèce en dépendait, ont gardé dans leurs attributs le principe de vie et de respect de la nature.

- Les hommes, qui ont vu leur rôle croître avec l'augmentation du niveau de population, ont fait leur le principe d'action, de conquête et de défense du territoire pour accroître cette population. 

 

Dans notre société occidentale, depuis quelques milliers d'années, dans les lois, dans les entreprises, dans les familles, il est observé, statistiquement, un pouvoir de l'homme sur la femme. 

Et cette domination s'est aussi faite à l'intérieur de nous, par la domination des valeurs du masculin au détriment des valeurs du féminin.

Force est de voir que dans notre société, le principe d'action et de conquête tient souvent plus de place que le principe de vie, et de respect de la nature.

 

 

Ces dernières années, un changement s'opère dans les mentalités : à la fois les hommes et les femmes ne veulent plus de cette opposition, et cherchent à rééquilibrer ces principes. Quand ces deux valeurs peuvent être mises en complémentarité, de manière choisie, au lieu d'être en opposition, la fluidité vient et met en marche, en action, nos plus beaux principes pour les rendre visibles, dans l'intérêt de tous, hommes et femmes.

 

 

Il nous appartient donc de développer une complémentarité choisie, en chacun de nous tout d'abord, de manière individuelle, puis dans nos couples, avant de le faire au niveau collectif, pour une société plus équilibrée, qui respectera mieux les principes et de vie et d'action.

 

Florence-Marie Jégoux
Soutien et reliance face aux crises

bottom of page