top of page
Rechercher
  • Florence-Marie

Est-ce que vous vous sentez écouté?

Dernière mise à jour : 9 oct. 2023


Et est-ce que vous écoutez?

Est-ce qu'on écoute vraiment?

Vraiment, vraiment?

Euh...

Ouaip!

Vous connaissez les différents niveaux d'écoute? J'en parle souvent quand j'anime des formations:

- 1er niveau: se taire.

Et oui!! Ca peut sembler basique, mais c'est déjà extrêment compliqué... Quand on est attentif à ça, dans une discussion avec des amis, avec des collègues, avec la famille, on se rend compte à quel point on ne s'écoute pas les uns les autres... On se coupe la parole, on part dans des monologues... et souvent... :

- 2e niveau: faire semblant d'écouter

En pensant à autre chose... ou :

- 3e niveau: écoute sélective: en fonction de ses propres préoccupations

Oui, on écoute, mais en attendant de pouvoir en placer une, de pouvoir dire: "oui, moi aussi, je..." ou de placer un conseil: "tu devrais", ou plus subtil: "il faudrait"... Vous avez remarqué comment on adore donner des conseils? C'est incroyable! Bon, ce qui est intéressant, surtout, c'est que nos conseils marchent aussi peu sur les autres...

- 4e niveau: écoute active:

Etre attentif à l'autre, ne pas l'interrompre, reformuler: que cherche-t-il à nous dire? peut-il préciser sa pensée?

- 5e niveau: écoute empathique:

Chercher le cadre de référence de l'autre, ses valeurs, ses besoins, ce qui est important pour lui... Sortir de sons propre cadre de référence, se décentrer de soi.

Bon, suivant les méthodes, suivant les approches (approche centrée sur la personne de Carl Rogers, Communication Non Violente, etc), les 4e et 5e niveaux, peuvent être mélangés, différenciés autrement, il y a une multitude de manières de les classer, l'essentiel étant d'être conscient de notre écoute...

Ou pas. Parce que souvent, on n'est justement pas dans l'écoute. Et pourquoi on n'est pas dans l'écoute de l'autre?

Parce qu'on est dans l'écoute de soi??

Euh, parfois peut-être, mais souvent on n'y est même pas.

Parce qu'on manque tellement d'écoute, qu'on a du mal à en donner...

Avez-vous assez d'écoute, dans votre vie? De la part de votre entourage proche, de la part d'amis plus lointains? Vous sentez-vous assez écouté?

Et si vous ne recevez pas assez d'écoute, comment pourriez-vous vous en donner?

Comment vous faites pour vous écouter vous-même??

Je vais laisser une grande dame de la communication non violente nous parler de cette écoute, de cette empathie, de notre besoin d'être en lien, à travers une magnifique vidéo:

(elle est un peu longue, mais elle en vaut vraiment le coup!)

Et pour parler de l'écoute avec une meilleure poésie que la mienne, je vous laisse apprécier ce texte de André Gromolard, dans son livre "Prendre sa vie en main", qu'une amie avait partagé il y a quelque temps:

"Ecouter est, peut-être, le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un. C’est lui dire, non pas avec des mots, mais avec ses yeux, son visage, son sourire et tout son corps : « Tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là, tu vas m’enrichir car tu es ce que je ne suis pas… » Pas étonnant si la meilleure façon pour une personne de se révéler à elle-même, c’est d’être écoutée par un autre ! Ecouter, c’est commencer par se taire… Avez-vous remarqué combien les « dialogues » sont remplis d’expressions de ce genre : « c’est comme moi quand… », ou bien « ça me rappelle ce qui m’est arrivé... ». Bien souvent ce que l’autre dit n’est qu’une occasion de parler de soi. Ecouter, c’est commencer par arrêter son petit cinéma intérieur, son monologue portatif, pour se laisser habiter par l’autre. C’est accepter que l’autre entre en nous-même comme il entrerait dans notre maison et s’y installerait un instant, en prenant ses aises. Ecouter, c’est vraiment laisser tomber ce qui nous occupe pour donner tout son temps à l’autre. C’est comme une promenade avec un ami : marcher à son pas, proche mais sans gêner, se laisser conduire par lui, s’arrêter avec lui, repartir, pour rien, pour lui. Ecouter, ce n’est pas chercher à répondre à l’autre, sachant qu’il a en lui-même les réponses à ses propres questions. C’est refuser de penser à la place de l’autre, de lui donner des conseils, et même de vouloir le comprendre. Ecouter, c’est accueillir l’autre avec reconnaissance tel qu’il se définit lui-même, sans se substituer à lui pour lui dire ce qu’il doit être. C’est être ouvert positivement à toutes les idées, à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions, sans interpréter, sans juger, laissant à l’autre le temps et l’espace de trouver la voie qui est la sienne. Ecouter, ce n’est pas vouloir que quelqu’un soit comme ceci ou comme cela, c’est apprendre à découvrir ses qualités qui sont en lui spécifiques. Etre attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer. Apprendre à écouter quelqu’un, c’est l’exercice le plus utile que nous puissions faire pour nous libérer de nos détresses… Ecouter, c’est donner à l’autre ce que l’on ne nous a peut-être jamais donné : de l’attention, du temps, une présence affectueuse. C’est en apprenant à écouter les autres que nous arrivons à nous écouter nous-mêmes, dans notre corps et toutes nos émotions, c’est le chemin pour apprendre à écouter la terre et la vie, c’est devenir un poète, c’est-à-dire sentir le cœur et voir l’âme des choses. A celui qui sait écouter, est donné de ne plus vivre à la surface : il communie à la vibration intérieure de tout vivant, il commence à découvrir l’infini qui vit à la fois la richesse et l’originalité de l’autre.

C’est alors qu’il entrevoit combien la rencontre est source d’être et non pas d’avoir. « Tu ne vaux que ce que valent tes rencontres, le seul luxe est celui des relations humaines » (Saint Exupéry). C’est le seul luxe gratuit car offert à la décision et à la liberté de chacun."

Après ça...

Si, j'ai encore un autre partage à vous faire:

Il y a d'autres types d'écoute... D'autres manières d'écouter qu'avec les oreilles. Et comme vous l'avez compris avec ce texte, on peut écouter de cette manière magnifique avec notre coeur...

Ce soir, je sors de chez mon ostéo. J'ai de la chance, j'ai une super ostéo! Elle travaille avec une finesse, une approche holistique, elle me touche un peu l'arrière de la tête, et je sens les tensions jusque dans les pieds... (si vous voulez une bonne adresse: Julie Guillot, ostéopathe)

Et ce soir, j'ai senti comment elle écoutait mon corps, avec son écoute de professionnelle, sa formation et sa sensibilité. Avec ses yeux, ses mains, elle écoutait bien mieux mon corps que moi je sais l'écouter... Bon, pour moi qui apprends depuis déjà pas mal d'années à écouter mon corps, voilà encore, en corps, une belle leçon d'humilité...

De par leur formation, leur entrainement, leur pratique, leur professionnalisme, les professionnels ont une écoute que un non professionnel n'a pas.

Avec des conséquences, des résultats différents.

Elle résoud des tensions, des blocages, que je ne sais pas résoudre seule.

Et petit à petit, j'apprends à me faire aider, de plus en plus facilement, de plus en plus précocément, sans attendre d'arriver au bord de l'éclatement...

Et le résultat, c'est que j'apprends de plus en plus sur moi, sur mon corps, et comment l'accompagner à écouter, à limiter puis à résoudre ses tensions, qui elles, sont et seront inévitables...

Alors je vous souhaite une belle écoute, épanouissante, vivante, flamboyante, de vous-même et des autres, et de vous-même aux autres...

Florence-Marie

Posts récents

Voir tout

Un conte soufi pour traverser les moments difficiles

J’ai cherché ce conte pendant 10 ans, après l’avoir lu-vu-entendu je ne sais où… J'ai relu plein de livres, pour retrouver sa trace, sans succès. J'en ai parlé à plein de monde, personne ne le connais

Florence-Marie Jégoux
Soutien et reliance face aux crises

bottom of page