top of page
Rechercher
  • Florence-Marie

Que faire de nos émotions?

Dernière mise à jour : 9 oct. 2023


Oui, dans notre vie quotidienne, nous ressentons différentes émotions et sentiments :

- agacement, énervement, colère

- inquiètude, tensions, crainte, peurs

- trahison, dégoût

- déception, découragement, tristesse

- satisfaction, reconnaissance, joie, gratitude

Vous vous souvenez du film "Vice Versa", qui nous présentait ces émotions dans la tête d'une enfant et de ses parents? Si jamais vous l'avez loupé, ce film est à voir absolument, je le conseille à tous mes clients, il explique de manière très ludique comment les émotions nous influencent...


Alors on fait quoi avec ces émotions?

On les subit, on s'y soumet, et on réagit suivant leurs ordres?

On les cache, on les met sous le tapis en faisant comme si elles n'existaient pas?

Comment faites-vous avec les vôtres?

Etes-vous contrôlé par vos émotions, ou les contrôlez-vous?

Par exemple lorsque vous conduisez, quelqu'un qui vous double se rabat juste devant vous! Vous pilez pour ne pas lui rentrer dedans, et puis... Et puis quoi?

Vous avez eu peur, vous êtes en colère, est-ce que :

- vous l'insultez? - vous râlez sur tous ceux qui ne se comportent pas comme il faut? A vos passagers si vous en avez, ou dans votre tête si vous êtes seul?

- vous faites comme si de rien n'était, et au bout de plusieurs séquences comme celle-ci, vous vous sentez peut-être fatigué en fin de journée?

- vous faites autrement?? Comment?

Il existe différentes manières de voir les émotions, différentes "chapelles" sur le sujet, et différentes versions et interprétations de ces phénomènes. Mais globalement, depuis pas mal d'années maintenant, les neuroscientifiques sont d'accord pour dire à quel point nos émotions rentrent en compte dans nos prises de décision, dans tout ce que l'on fait, dit, et pense au quotidien.

Nos émotions se différencient par leur degré d'intensité: il y a des degrés différents entre l'agacement et la rage! Tout comme entre la crainte et la panique, ou la détente et l'euphorie...

Etes-vous en général plutôt dans la zone légère, ou la zone vive ?? Une colère un peu rose ou rouge foncé?

Les émotions ont une base physiologique, c'est un ressenti corporel qui peut être rendu objectif par certains examens:


Si ces émotions ont une telle "marque" à l'intérieur de notre corps, ce n'est pas pour rien: elles ont des messages à nous faire passer !

La peur : message de danger!!! Elle sert à assurer votre protection.

La colère : message d'injustice, ou d'intrusion sur le territoire (physique, psychique). Elle sert à défendre vos droits et vos valeurs, à préserver votre intégrité.

La tristesse : message de perte. Elle sert à accompagner le travail de deuil lors d'une séparation, d'une perte.

Le dégoût : message de toxicité. Elle sert à vous éviter d'être intoxiqué!

La joie : message de réussite, d'ouverture. Elle sert à partager, à vous sentir uni aux autres, à stimuler votre motivation...

Quels sont les messages les plus fréquents que vous recevez?

Comment les prenez-vous? Arrivez-vous à les écouter?

Et comment réagissez-vous?

Souvent nous avons appris à ne pas écouter nos émotions désagréables, à les mettre sous le tapis, parce qu'elles peuvent être douloureuses. Nous avons aussi appris à ne pas ressentir certaines de ces émotions, moins acceptables pour notre famille : par exemple, dans une éducation typique d'il y a quelques années, une petite fille ne devait pas être en colère, et un petit garçon ne devait pas être triste ou avoir peur, sous peine d'être moqué.

Ces enfants ont donc appris à ne plus ressentir ces émotions, parfois à en substituer un autre à la place, par exemple, transformer la colère en tristesse pour la petite fille, ou la tristesse en colère pour le petit garçon.

Nous pouvons aussi tourner en boucle dans une émotion donnée...

Et souvent, par protection, nous nous sommes coupés de nos ressentis, pour ne pas nous faire remarquer, pour nous faire aimer et obtenir de la reconnaissance des personnes qui nous éduquaient.

Le souci, c'est que si on se coupe de nos émotions désagréables, on se coupe aussi de nos émotions agréables... Dommage, non?

Moins de peur, de colère, ça veut aussi dire moins de joie!

Et alors, pour donner un peu d'intensité à notre vie, on rentre dans des mécanismes de compensation divers : nourriture, télé, jeux vidéo, achats compulsifs, conduites à risques, addictions de toutes sortes... Et passée la phase de récompense immédiate, comme tout ça nous fait sentir encore moins bien, on augmente la dose pour aller un peu mieux.

Plus nos émotions sont sous couvercle, plus notre joie l'est aussi.

Quelles sont vos émotions sous couvercle?

Et enlever le couvercle, ça ne veut pas dire se laisser aller à tout et n'importe quoi! Il règne souvent une grande confusion entre, par exemple, ETRE en colère, et SE METTRE en colère.

Si nous subissons une intrusion dans notre territoire, nous ne pouvons pas ne pas être en colère, nous le sommes automatiquement, c'est une réaction physiologique incontrôlable. Par contre, ce que nous pouvons contrôler, c'est notre comportement, c'est ce que nous allons faire de notre émotion!

Par exemple, quelle serait une action à faire suite à une intrusion sur votre territoire? Quels sont vos besoins à ce moment-là? Est-ce que c'est d'être respecté? Quel est le changement à faire?

Comment pourriez-vous poser les limites de votre territoire?

Si vous ressentez de la tristesse, avez-vous besoin de réconfort? Auprès de qui pourriez-vous en demander? Ou pourriez-vous même vous en donnez à vous-même?

Par rapport aux craintes, aux appréhensions, que pourriez-vous faire?

J'ia remarqué au cours de différents coachings que le fait de parler de nos peurs les plus profondes aidait à les "dégonfler". Le fait de n'être jamais exposées à la vue ou à l'écoute de quelqu'un de bienveillant les amène à prendre beaucoup de pouvoir sur nous, elles deviennent énormes!

Le fait d'en parler à quelqu'un qui ne va pas les juger les dégonfle, et permet de les relativiser, sans se forcer.

A qui pourriez-vous parler de vos peurs sans crainte d'être jugé?

Le dégoût, le rejet, sont des indices importants dans un travail ou une relation... Comment répondre à cette émotion ?

Et la joie, comment avez-vous envie de la partager? Prenez-vous assez de temps pour la vivre, pour l'apprécier, pour la chanter, la danser, pour utiliser toute la créativité qu'elle vous donne?

Comment exprimez-vous cette belle créativité?

Comment pourriez-vous l'exprimer, et y vivre encore plus de plaisir?

Alors je vous souhaite d'écouter ce que les émotions désagréables ont à vous dire, de les traverser en conscience, et je vous souhaite beaucoup de joie!

Florence-Marie


Posts récents

Voir tout

Un conte soufi pour traverser les moments difficiles

J’ai cherché ce conte pendant 10 ans, après l’avoir lu-vu-entendu je ne sais où… J'ai relu plein de livres, pour retrouver sa trace, sans succès. J'en ai parlé à plein de monde, personne ne le connais

bottom of page